RANDONNER EN SÉCURITÉ AUX USA

Pour profiter au maximum des paysages fabuleux de l’Ouest américain, rien ne vaut de randonner à la journée ou sur plusieurs jours. Pour cette deuxième option, il faudra bien sûr faire preuve d’organisation. Mais dans les deux cas, des règles de sécurité et de préparation sont à respecter impérativement. Pour que votre balade ne se transforme pas en cauchemar…

Randonnée dans White Sands, Nouveau-Mexique

Ce qu’il faut emporter avec soi en priorité

Avant de partir, vérifiez que vous avez bien le minimum nécessaire pour votre randonnée. Ceci est valable en toute saison, encore plus l’été et ses températures extrêmes. Évitez de randonner en pleine journée en cas de très forte chaleur et préférez un départ tôt le matin. Vous bénéficierez en plus des belles couleurs du lever du soleil.

  • 3 à 4 litres d’eau par personne
  • Lunettes de soleil et chapeau/casquette
  • Crème solaire/Biafine®
  • Quelques provisions de nourriture (barre céréales, viande séchée…)
  • Bonnes chaussures de randonnée
  • Trousse de premiers secours

En cas de rencontre avec un animal

La faune est importante aux Etats-Unis et il est courant de faire de belles rencontres. Mais celles-ci peuvent potentiellement être dangereuses. Il convient donc de faire régulièrement du bruit pour signaler sa présence aux animaux (siffler, chanter, parler fort). Tenez-vous à l’affût !

En cas de rencontre avec un ours, essayez de vous grandir pour paraître plus imposant (lever les bras). Ne tournez jamais le dos et reculez doucement en faisant face. Si l’ours se rapproche ou attaque (heureusement très rare), mettez-vous en boule au sol et protéger votre nuque avec vos mains. Voir un puma est encore plus rare, mais si c’est le cas et que celui-ci attaque, les règles de sécurité données dans les parcs nationaux recommandent de rendre les coups ! Pour info, je n’ai jamais vu de puma aux Etats-Unis (malheureusement ou heureusement, je ne sais pas). Ils sont craintifs et évitent l’homme. Attention aussi aux serpents et aux scorpions, même si finalement, on en croise très peu (pour ma part, trois serpents seulement en une douzaine de voyages).

Ourse noire dans Yellowstone National Park, WyomingUne ourse noire sur le qui-vive dans le parc de Yellowstone. Son ourson était à quelques mètres…

Savoir se repérer

Pensez à emporter avec vous une carte du lieu où vous vous rendez (données dans les visitor center si on est dans un parc national). Pour les coins plus reculés et sauvages, je conseille fortement de se munir d’un gps de randonnée sur lequel on aura au préalable préparer son itinéraire. C’est notamment très utile dans des endroits comme Coyote Buttes ou les randonnées dans Grand Staircase Escalante National Monument.

Quand c’est possible, signalez votre départ en randonnée et l’heure approximative du retour à un visitor center, un ranger ou toute autre personne pouvant appeler les secours si elle n’a plus de nouvelles de vous. Il y a souvent, au départ des randos, un panneau permettant d’inscrire son nom sur une feuille. Pensez dans ce cas à signer cette même feuille à votre retour !

Les aléas du climat

Ne partez JAMAIS en randonnée en cas de pluie, d’orages ou de mauvaises prévisions météo. C’est évidemment valable partout, mais encore plus dans l’Ouest américain : certaines roches deviennent vite glissantes (slickrock) et les niveaux des rivières montent très vite, créant des flash-flood (inondations subites) qui peuvent être extrêmement dangereux. Particulièrement si vous vous trouvez dans le fond d’un canyon. On ne compte plus les accidents mortels survenus ici et là : Antelope Canyon (flash-flood), Yosemite (Half Dome), Zion (Angel’s Landing), et bien d’autres…

De mai à juillet, il y a très peu de pluies et donc moins de risques liés aux accidents climatiques (à part les températures caniculaires). Au mois d’août et parfois de mi-juillet à mi-septembre, la mousson nord-américaine amène en revanche de fortes précipitations en fin de journée. Courtes mais violentes, ce sont elles qui créent ces flash-flood qui ravagent tout sur leur passage. En témoignent les paysages d’Havasupai qui ont été drastiquement transformés suite aux intempéries d’août 2008.

Ciel très menaçant sur une piste aux alentours de Chaco Culture, Nouveau-MexiqueAvis de tempête dans le nord-ouest du Nouveau-Mexique. C’était en août 2012…

Être physiquement apte

Enfin, ne surestimez pas votre niveau de forme. Souvenez-vous que randonner dans un canyon nécessite de descendre le matin et de remonter l’après-midi, c’est à dire en pleine chaleur et quand la fatigue commence à se faire sentir. Si vous ne faites pas régulièrement de sport dans l’année, il faudra peut-être vous y mettre quelques semaines avant votre départ afin de partir avec un minimum d’endurance.

Sur ce, soyez prudents et préparez bien vos sorties. Bonnes randonnées !

2018-11-27T16:54:45+00:0025 octobre, 2016|Conseils photo et voyage|Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *