LE FILTRE POLARISANT, POUR AMÉLIORER VOS PHOTOS DE VOYAGE

Vous trouvez vos photos un peu ternes et sans éclats quand vous rentrez de voyage ? Peut-être n’avez-vous pas de filtre polarisant, accessoire bien utile pour les photos de paysages. Voici quelques explications du fonctionnement de ce filtre et de ses effets pour vous convaincre d’investir rapidement.

Le filtre polarisant est à mon avis indispensable si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour réussir vos photos de voyage et particulièrement de paysages. Quand j’ai commencé la photo, je n’en ai pas tout de suite acheté, par méconnaissance. J’en ai finalement fait l’acquisition alors que je trouvais mes photos régulièrement voilées. Elles sont devenues tout de suite beaucoup plus dynamiques et contrastées. Depuis, j’en ai toujours un à portée de main ou bien vissé sur un objectif lorsque je sais que je vais être en extérieur toute la journée.

A quoi sert un filtre polarisant ?

Concrètement, le filtre polarisant permet de supprimer ou limiter les reflets et de booster les couleurs. Mais aussi de réduire le voile atmosphérique souvent présent sur les photos en extérieur (vous savez, quand il fait chaud au Grand Canyon et qu’une sorte de léger brouillard blanc gâche vos photos !). Il est indispensable pour améliorer le bleu du ciel et augmenter le contraste entre le ciel et les nuages. Plus globalement, il est très utile pour les photos de paysages, notamment de mer, de cascade ou tout autre plan d’eau.

Exemple des effets d'un filtre polarisant sur le bleu du ciel et les reflets sur l'eauUn exemple assez net de l’effet du filtre polarisant utilisé sans excès. A gauche, sans filtre. A droite, le filtre polarisant rehausse le bleu du ciel et dans une moindre mesure le rouge et le vert. Les reflets sur l’eau sont éliminés.

A l’occasion, il pourra servir de filtre ND (filtre gris neutre) si vous n’en possédez pas, le filtre polarisant faisant perdre environ 2 IL (indice de lumination), c’est-à-dire 2 diaphragme/vitesse.

Le filtre polarisant, comment ça marche ?

Le principe est assez simple. Le filtre capte la lumière arrivant de façon horizontale mais empêche la lumière réfléchie de passer. Cela fonctionne avec toutes les surfaces réfléchissant les rayons, sauf le métal.

Schéma de fonctionnement d'un filtre polarisant photo

Utilisation du filtre polarisant

Le filtre polarisant est muni d’une bague qui se visse directement sur votre objectif et d’une autre bague, tournante celle-ci. Il suffit d’agir sur cette dernière pour voir dans votre viseur les différences de couleurs ou de reflets.

Exemple des effets d'un filtre polarisant sur le bleu du cielSans filtre polarisant à gauche, avec filtre polarisant à droite (réalisé sans retouche sur les couleurs)

Le filtre polarisant n’aura cependant pas ou peu d’effet au coucher et au lever du soleil car il agit principalement quand le soleil est haut dans le ciel. Il sera donc surtout utile en pleine journée, où ses effets seront les plus visibles. Le filtre ne sera pas non plus efficace si le soleil se trouve en face de vous.

Si vous utilisez une focale courte, il se peut que le résultat sur votre photo ne soit pas homogène, particulièrement si le soleil se trouve derrière vous. En effet, le filtre polarisant créera une zone plus foncée dans le ciel, ce qui peut ne pas être très esthétique.

Petit inconvénient de l’utilisation du filtre, vous vous rendrez vite compte que le pare-soleil de l’appareil peut être un problème pour tourner facilement la bague mobile. Procédez délicatement ou enlevez le pare-soleil si nécessaire.

Quelques précautions d’utilisation

Attention de ne pas visser trop fort le filtre car celui-ci peut rester bloqué. Cela m’est arrivé lors de mon dernier voyage, dès le premier jour. J’ai serré un peu trop fort et impossible ensuite de le dévisser. Et comme je me trouvais à Great Sand Dunes, quelques grains de sable sont venus se loger dans la bague de vissage. J’ai dû garder le filtre sur mon objectif durant tout le reste de mon voyage. Et dans certaines situations, notamment en intérieur, le filtre polarisant n’était pas du tout approprié. Il faut toutefois qu’il soit serré suffisamment fort pour ne pas le dévisser accidentellement en utilisant la bague tournante.

Vous pouvez aussi essayer de le combiner avec un autre filtre, mais vous risquez de perdre en qualité et d’augmenter le vignettage (qui pourra toutefois être retravaillé en post-production).

N’utilisez pas le filtre polarisant à outrance et essayez de doser ses effets. Il arrive dans certaines situations que le résultat soit moins intéressant que la photo sans filtre.

Exemple des effets d'un filtre polarisant sur les reflets sur l'eauIci, la photo de gauche sans filtre polarisant me semble plus réussie car le but était d’obtenir un reflet dans l’eau. A droite, la photo avec filtre est plus plate malgré des couleurs un peu plus franches.

Choisir un bon filtre polarisant

Tout d’abord, il faut bien choisir la taille du filtre correspondant à l’objectif sur lequel il servira. Si vous possédez un objectif d’un diamètre de 77 mm (à ne pas confondre avec la focale !), il faudra bien entendu acheter un filtre du même diamètre. Si vous souhaitez un filtre pour un autre objectif d’un diamètre de 67 mm par exemple, il faudra donc investir dans un deuxième filtre…

Pour un objectif très grand angle, vous pouvez opter pour un filtre slim afin d’éviter le vignettage. Mais sachez que dans ce cas, vous ne pourrez plus mettre dessus votre bouchon d’objectif. Ça n’a l’air de rien comme ça mais dans la pratique, ça peut être extrêmement gênant.

Difficile de choisir parmi tous les modèles existant. Il vaut mieux tout de même éviter les marques bas de gamme (Hama par exemple) et se diriger vers des marques réputées pour leur qualité de fabrication (B&W, Hoya, Marumi, Cokin). En y mettant un certain prix, vous êtes à peu près sûrs de ne pas vous tromper. Mais les filtres les plus chers ne sont pas pour autant les meilleurs ! D’ailleurs, la série MRC de chez B&W est considérée par beaucoup d’experts comme la plus qualitative, tout en étant l’une des moins chères. Chez Hoya, la série HMC est très bonne et également l’une des moins onéreuses. A titre d’information, je possède un Hoya Fusion Antistatic 77 mm (environ 80€) dont je suis très satisfait, hormis la difficulté que j’ai eue pour enlever le filtre resté bloqué plusieurs semaines. J’ai également un B&W MRC F-Pro en version slim qui donne de très bons résultats mais que j’utilise peu à cause du bouchon d’appareil que je ne peux pas mettre dessus.

2018-06-06T17:57:41+00:0026 février, 2018|Conseils photo et voyage|Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *