YELLOWSTONE : QUELS ANIMAUX SAUVAGES PEUT-ON VOIR ET PHOTOGRAPHIER ?

Le parc national de Yellowstone est célèbre pour ses paysages et ses phénomènes géothermiques, les plus nombreux et impressionnants sur Terre. Mais il possède également une densité très importante d’animaux sauvages qui font le bonheur des touristes et des photographes. Voici la liste, non-exhaustive, des animaux que vous pourrez y rencontrer et les chances réelles de pouvoir les observer.

Un bison massif au lever du soleil - Yellowstone National Park
Yellowstone compte 67 espèces de mammifères dont certains, comme le loup, le puma, le lynx ou le carcajou, sont difficiles à voir. Tout dépend aussi de la période à laquelle vous vous rendez sur place. Par exemple, le loup sera plus facilement observable en hiver contrairement au grizzly qui hiberne pendant cette période de l’année. De la même manière, l’observation des animaux se fait différemment en fonction de la zone du parc, qu’il s’agisse d’une plaine ou d’une zone montagneuse.

A l’instar des safaris en Afrique où tout le monde cherche à voir le Big Five, Yellowstone possède neuf espèces animales principales, le Big Nine. Réussirez-vous à tous les observer ?

Le Big Nine de Yellowstone et autres animaux à observer
Mais rentrons un peu dans le détail animal par animal.

Bisons

Symbole du Wyoming, ce n’est pourtant pas l’animal que l’on trouve en plus grand nombre à Yellowstone. Mais ils étaient tout de même 4829 individus lors du dernier comptage en août 2019. On les trouve principalement dans la partie nord (3667) mais ils sont aussi très nombreux dans la partie centrale de Yellowstone (1162). En fait, on peut les voir à n’importe quel endroit du parc et, contrairement aux autres espèces animales, les bisons ne se cachent pas. A moins de ne venir à Yellowstone que pour moins d’une heure (mais qui aurait l’idée de faire ça ?), vous avez donc 100% de chances d’en croiser ! Les plus grandes hardes peuvent être aperçues dans les deux immenses plaines que sont Hayden Valley (au centre) et Lamar Valley (au nord-est).

Troupeau de bisons dans Hayden Valley - Yellowstone National Park
Bison dominant Hayden Valley - Yellowstone National Park
Les bisons traversent souvent les routes et créent ainsi régulièrement des embouteillages. C’est le moment de les observer, tout en restant dans sa voiture. Il est important de bien respecter les limitations de vitesse. En effet, environ 90 bisons meurent chaque année, percutés par des voitures. Et vous non plus, vous risquez de ne pas en sortir indemne…

Bisons le long de Madison River au mois d'octobre - Yellowstone National Park


Ours noirs

C’est l’un des principaux prédateurs dans le parc de Yellowstone. On compte environ 600 ours noirs qui peuvent être fréquemment aperçus, notamment du côté de Mammoth et Tower-Roosevelt. Contrairement au grizzly, il se montre moins agressif envers les humains et s’est même adapté à eux. Cela pose d’ailleurs problème car il n’est pas rare d’en voir dans les villages du parc à la recherche de nourriture. Également moins gros que le grizzly, il n’en reste pas moins un animal sauvage avec lequel il faut respecter la distance de sécurité de 90 mètres. Et surtout ne jamais leur donner de nourriture !

Ours noir vu près du Mt Washburn - Yellowstone National Park
Ourson montant à un arbre - Yellowstone National Park
Il existe deux bonne périodes pour optimiser ses chances de voir un ours noir. A l’automne, quand il fait des provisions avant l’hiver. Et au printemps/début d’été, quand il redescend des montagnes après l’hibernation. C’est d’ailleurs fin juin que j’ai eu l’occasion d’en voir plusieurs, dont une mère avec un ourson. Selon moi, vous avez 40% de chances de voir un ours noir à Yellowstone si vous êtes à la bonne saison !

Grizzlys

Plus difficiles à observer que les ours noirs, les grizzlys sont au nombre d’environ 150 à l’intérieur même du parc. Mais on en comptait 728 en 2019 dans le Grand Yellowstone, qui inclut des zones étendues autour du parc pour une superficie totale de 80 000 km². On les trouve habituellement dans les Hayden et Lamar Valley, ainsi que du côté du Mt Washburn et à l’entrée est du parc. C’est dans cette dernière zone que j’ai pu en voir un, le long de Madison River. C’était début octobre, une bonne période car ils passent leur temps à rechercher de la nourriture avant de monter dans les montagnes pour l’hiver. C’est aussi à ce moment de l’année qu’ils sont les plus impressionnants (parfois plus de 300 kg !) car ils mangent beaucoup pour faire des provisions de graisse avant l’hibernation. Si vous êtes à Yellowstone en automne ou au printemps, vous avez environ 15% de chances de voir un grizzly. Restez bien à distance ou dans votre voiture car les grizzlys peuvent se montrer plus facilement agressifs que les ours noirs. Et même s’ils sont lourds, ils courent très vite (60km/h) !

Grizzly le long de Madison River - Yellowstone National Park
Grizzly à Madison River - Yellowstone National Park
Grizzly traversant Madison River - Yellowstone National Park
Elks (wapitis)

Le wapiti est l’animal le plus répandu à Yellowstone : 10 000 à 20 000 individus ! En hiver, ils sont un peu moins nombreux (moins de 4000 tout de même). C’est notamment à cause de cette surpopulation que le loup a été réintroduit à Yellowstone en 1994. On les rencontre un peu partout dans le parc, en bord de route ou même dans les villages. Si vous passez à Mammoth Hot Springs, vous avez toutes les chances d’en voir près du visitor center. Les mâles ont des bois qui commencent à pousser au printemps pour tomber à la fin de l’hiver de l’année suivante avant de pousser de nouveau. Ces bois atteignent leur taille maximale à la fin de l’été. Les wapitis mâles sont donc particulièrement impressionnants à voir à cette période et en début d’automne. Si vous restez plusieurs jours à Yellowstone, vous avez environ 75% de chances de voir des wapitis, mâles ou femelles.

Wapiti royal (12 cors) vu au mois d'octobre - Yellowstone National Park
Wapiti mâle vu au mois de juin - Yellowstone National Park
Une harde wapitis près de Clear Lake - Yellowstone National Park
Mooses (orignaux/élans)

L’orignal (nom donné en Amérique du Nord) ou élan (nom européen) est le plus gros cervidé de notre planète. Il en resterait moins de 200 à Yellowstone, ce qui rend les possibilités d’en apercevoir assez minces (environ 15% de chances). On les repère principalement dans les zones de prairies, le long des rivières et sur les rives des lacs où ils trouvent plus facilement de la nourriture. Ils privilégient surtout la partie nord du parc (c’est d’ailleurs près de Mammoth que j’ai eu la chance d’en voir).

Orignal vu au mois d'août
Deux orignaux (élans) avec leurs bois de très grande envergure
Bighorns (mouflons)

Une petite population de bighorns vit à Yellowstone, dans la partie nord. Particulièrement autour du Mt Washburn et Dunraven Pass où il est plus courant de les voir durant l’été. Le parc de Yellowstone n’en comptait plus que 131 en 2018. C’est donc un animal qui n’est pas si facile à apercevoir (environ 20% de chances). Pour ma part, je n’en ai croisé qu’un seul, justement vers Dunraven Pass. Les bighorns sont plus facilement visibles dans les régions rocailleuses de l’Utah, de l’Arizona et du Nevada.

Bighorn sheep (mouflon d'Amérique du Nord) - Yellowstone National Park
Pronghorns (antilopes d’Amérique)

Le pronghorn est la seule antilope d’Amérique du Nord, bien que le terme antilope soit inapproprié. On en comptait 505 en 2018, répartis dans la partie nord de Yellowstone (décidément plus riche que la partie sud). En été, vous les trouverez principalement du côté de Lamar Valley en train de brouter ou de courir (pointes de vitesse à 80 km/h !). C’est là que je les ai vus la première fois. J’en ai également croisé près de Mammoth en début de mois d’octobre. J’estime les chances de rencontre à environ 35%.

Un pronghorn ou antilope d'Amérique - Yellowstone National Park
Pronghorn de dos - Yellowstone National Park
Loups

C’est l’un des animaux les plus difficiles à voir à Yellowstone et pourtant le plus recherché, du fait de sa rareté. On en dénombre une centaine dans le parc, 94 exactement en janvier 2020, répartis en 8 meutes différentes. Avant 1935, la chasse au loup était autorisée et l’espèce avait ainsi disparu de la région. Il n’a été réintroduit qu’en 1994, notamment pour faire face à une surpopulation de wapitis qui n’avaient plus assez de prédateurs.

Meute de loups dans Lamar Valley - Yellowstone National Park
Loups dans Lamar Valley - Yellowstone National Park
L’automne et l’hiver sont les meilleures périodes pour apercevoir des loups, présents surtout au nord-est dans Lamar Valley. C’est d’ailleurs là que j’ai eu la chance d’en voir. Ils étaient à bonne distance et je n’ai pas pu en faire de bonnes photos, mais pouvoir les regarder évoluer, courir et jouer m’a entièrement satisfait. Quand il fait froid et qu’il neige, j’estime à environ 20% de chances de croiser un ou plusieurs loups. Le reste de l’année, moins de 5%, tant ils restent cachés dans les forêts.


Mule deers (cerfs-mulet)

Le cerf-mulet, que l’on croise un peu partout dans l’Ouest américain, est aussi présent à Yellowstone. En bon nombre d’ailleurs puisqu’ils sont environ 1900 individus durant l’été (moins de 400 l’hiver). On les trouve dans l’ensemble du parc mais surtout dans le nord. Ils sont très souvent dans les villages, autour des cabins ou des campings au petit matin, à la recherche d’un reste de nourriture laissé par les touristes. Vous ne devriez donc pas avoir trop de mal à en voir (environ 75% de chances), surtout si vous passez la nuit à l’intérieur du parc.

Un cerf-mulet mâle - Yellowstone National Park
Une femme cerf-mulet - Yellowstone National Park
Autres animaux (mammifères, oiseaux, reptiles, poissons)

Coyotes : difficile de savoir combien de coyotes vivent à Yellowstone mais ils sont très nombreux. Leur population a cependant diminué depuis le réintroduction du loup en 1994. Plus grand que le renard mais plus petit que le loup, c’est un prédateur important à Yellowstone. Il peut être vu relativement facilement (40% de chances) dans les zones ouvertes telles que les plaines ou les prairies.

Coyote près de Tower-Roosevelt - Yellowstone National Park

Mountain lions (pumas/cougars) : le dernier décompte de cougars fait état de 34 à 42 individus dans la partie nord de Yellowstone. Chassés dans tous les États-Unis au début du siècle à l’instar des loups, ils ont été exterminés du parc national. Mais certains survivants des autres États de l’Ouest sont revenus s’installer à Yellowstone dans les années 1980. C’est probablement l’animal le plus difficile à voir (moins de 2% de chances) après le carcajou. Les cougars fuient les humains et ne se montrent que très rarement agressifs envers eux, sauf si une mère protège ses petits. En cas de rencontre, il faut bien appliquer les règles de sécurité de base : reculer en faisant face à l’animal, lui parler d’une voix grave et se grandir pour l’impressionner.

Loutres : elles se trouvent bien entendu dans les zones aquatiques de Yellowstone, où elles sont plus à l’aise que sur la terre ferme. Il n’y a pas de décompte de leur population (du moins, je n’ai pas trouvé les chiffres) mais elles ne sont pas rares. Cependant, il n’est pas si simple de les croiser (15% de chances environ). Moi-même, je n’en ai jamais vu à Yellowstone.

Renards roux : ce sont les plus petits des canidés que l’on peut trouver à Yellowstone. Leur nombre n’est pas connu mais ils sont beaucoup moins présents que les coyotes. Ils vivent principalement entre Lake Yellowstone et Canyon Village, dans Hayden Valley et Pelican Valley, à la fois dans les zones herbeuses et les zones forestières. L’hiver, leur pelage roux contraste magnifiquement avec le blanc de la neige. J’estime à 20% les chances d’en voir dans le parc. Quant à moi, j’ai fait chou blanc à chaque fois !

Chèvres des montagnes : elles ne sont pas natives de Yellowstone et ont été introduites dans les années 1940-1950. Aujourd’hui, on en compte entre 200 et 300 se déplaçant dans les zones montagneuses du nord-est et du nord-ouest de Yellowstone et dans le Grand Yellowstone, au-delà des limites du parc. Il est donc très difficile d’en voir (moins de 5% de chances).

Lynx : le lynx du Canada, qui diffère quelque peu du lynx européen, est peu présent dans le parc de Yellowstone. 112 observations seulement ont pu être faites ces dernières années. Les plus chanceux (moins de 2%) pourront peut-être en croiser à l’est de Lake Yellowstone où il a déjà été aperçu à plusieurs reprises.

Bobcats : d’apparence très proche du lynx, le bobcat est probablement présent en assez grand nombre à Yellowstone mais très rarement vu (moins de 3% de chances). Il se trouve principalement dans les zones rocheuses et le long des rivières. Les autorités du parc invitent les visiteurs à leur rapporter toute observation pour les aider à mieux compter et comprendre cet animal.

Carcajous : c’est l’animal le plus difficile à voir et il est d’ailleurs peu documenté. Le carcajou (nommé wolverine aux USA, il a donné son nom au célèbre personnage de X-Men) est un carnivore de taille moyenne réputé pour être agressif et dangereux. C’est assez exagéré mais malgré sa taille modeste, il est capable de tuer un orignal ou un wapiti à lui seul grâce à sa puissante mâchoire et ses griffes acérées. En cas de rencontre extrêmement improbable, il vaut donc mieux le laisser tranquille et respecter la distance de sécurité. Lors d’une étude menée entre 2006 et 2009, il n’a été découvert que sept individus vivant dans l’est de Yellowstone (deux femelles et cinq mâles). Ils préfèrent les hautes altitudes, où la neige est présente toute l’année. Vous n’aurez donc que moins de 1% de chances d’en voir !

Marmottes, écureuils, pikas, ratons laveurs, castors… : je ne les cite pas tous mais vous avez de grandes chances de voir l’un ou plusieurs de ces animaux, notamment marmottes et écureuils. Beaucoup d’oiseaux également, comme le célèbre pygargue à tête blanche, mais aussi l’aigle royal, le balbuzard pêcheur, la grue du Canada ou le geai bleu, entre autres. Sans oublier reptiles, amphibiens et poissons…

Pourquoi y a-t-il tant d’animaux à Yellowstone ?

Il y a plusieurs raisons à cette concentration importante d’animaux. Tout d’abord, il s’agit d’un parc national, ce qui signifie que la chasse y est interdite et que cet immense espace de 9000 km² est protégé. Les autorités du parc cherchent aussi à y maintenir un équilibre. Par exemple, la réintroduction des loups en 1994 a permis de stopper la prolifération des wapitis qui n’avaient plus vraiment de prédateurs. Trop de wapitis commençaient à créer des dégâts et la biodiversité pouvait s’en ressentir.

Cette biodiversité est particulièrement riche à Yellowstone, grâce notamment aux différents climats, altitudes et reliefs du parc. Chaque espèce est ainsi en mesure de trouver de la nourriture pour survivre. Mais bien sûr, le volcanisme est une raison supplémentaire. Les sources chaudes fournissent de la chaleur en plein hiver et attirent les animaux. Non seulement ces conditions volcaniques permettent à la végétation d’en profiter, mais elle apportent aussi des minéraux et des nutriments très recherchés par certaines espèces animales.

L’équilibre reste cependant précaire à Yellowstone en raison du changement climatique. Une raréfaction voire une disparition de certaines espèces n’est pas à exclure dans les années et décennies à venir…

Conseils de sécurité

Si vous êtes à pied et que vous voyez un animal sauvage, il faut laisser une distance de 90 mètres.  Il est très important de la respecter, encore plus s’il s’agit d’un ours, d’un grizzly, d’un puma ou d’un loup. Mais les bisons ou les wapitis peuvent aussi être dangereux s’ils se sentent menacés. Régulièrement, des imprudents tentent de s’approcher de bisons pour faire des selfies et se retrouvent à l’hôpital avec de sérieuses blessures. Ce sont des animaux sauvages extrêmement puissants qu’il faut laisser à bonne distance, à moins d’être en voiture. Sachez que si un animal bouge en raison de votre présence, c’est que vous êtes déjà trop près ! Petite précision supplémentaire, il ne faut évidemment pas les nourrir !

 

En cas de rencontre fortuite, notamment lors d’une randonnée, il faut alors appliquer les règles données par les Rangers. Toujours reculer doucement face à l’animal et ne jamais lui tourner le dos. S’il s’agit d’un ours et qu’il se tient debout, il cherche juste à recueillir des informations. S’il s’approche de vous, il vous teste. Il faut alors garder son sang froid et ne pas bouger. Il est conseillé d’avoir avec soi un bear spray, à utiliser si l’ours attaque et qu’il se trouve au maximum à 10 mètres. Sinon, faire le mort allongé face contre terre et les mains protégeant la nuque. Il ne faut surtout pas tenter de se battre avec l’ours, vous n’aurez aucune chance. En revanche, s’il s’agit d’un puma, il est conseillé par les Rangers de se battre si c’est le dernier recours.

Les attaques mortelles restent très rares. Mais pour prendre le moins de risques possible, pensez à vous signaler quand vous randonnez. Parlez, chantez ou accrochez sur vous un petit grelot qui annoncera votre présence aux animaux. Préférez les randonnées à deux ou plus. Quant aux bear sprays, vous en trouverez dans les boutiques du parc (mais c’est tout de même cher, environ 40$).

Comment optimiser vos chances de voir des animaux à Yellowstone ?

Il y a plusieurs possibilités pour optimiser vos chances de voir des animaux sauvages.

Choisir la bonne période de l’année

Les animaux que vous pourrez rencontrer seront différents selon le mois de votre visite. Par exemple, peu de chances de voir des ours en hiver car ils hibernent mais bien plus au printemps et à l’automne, tandis qu’ils remontent dans les montagnes en été. A l’inverse, les loups sont quasiment impossibles à observer l’été mais beaucoup plus présents l’hiver. C’est à la fin du printemps que vous aurez aussi la possibilité de voir des petits nés quelques semaines auparavant.

Privilégier les extrêmes de la journée

Cela paraît assez évident, mais c’est au lever et au coucher du soleil que les animaux sont les plus actifs. Il est donc important de se lever tôt ! Vous bénéficierez en plus d’une meilleure lumière pour faire de belles photos. Profitez ensuite de la journée pour découvrir les zones géothermiques ou partir en randonnée. Puis trouvez un bon spot à animaux pour la fin d’après-midi. Et recommencez ce rythme le lendemain matin !

Bisons à la lumière du lever de soleil dans le parc de Yellowstone
Attention tout de même sur la route quand la visibilité est moindre car les animaux ne regardent pas avant de traverser ! Et rouler au pas vous permettra de toutes façons de repérer plus facilement les éventuels animaux.

Prendre conseil au visitor center ou auprès des photographes

En premier lieu, rendez-vous dans le visitor center le plus proche pour demander conseil auprès d’un ranger. Ils sont souvent au courant des endroits où certains animaux ont été aperçus récemment. Ils sauront vous orienter. Autre idée : demander aux photographes croisés dans les villages ou installés à des spots en bord de route. Certains connaissent Yellowstone comme leur poche et reviennent chaque année. Ils connaissent donc très bien les habitudes des animaux, les endroits et les meilleures heures pour les apercevoir.

Choisir les bons secteurs à animaux

D’une manière générale, vous aurez beaucoup de monde dans les secteurs où se trouvent les phénomènes géothermiques. Mais en dehors d’éventuels bisons, vous avez moins de chances de voir des animaux dans ces zones (sauf en hiver où la chaleur les attire).

Un bison profite de la chaleur d'une source chaude à Yellowstone
A l’est, le long de Madison River, il y a de bonnes possibilités d’observation sans une foule compacte de touristes. Mais le meilleur endroit reste probablement Lamar Valley, au nord-est du parc. C’est une très grande zone, ce qui permet de fluidifier l’affluence (qui est déjà moins importante qu’ailleurs dans le parc). Et c’est là que vous maximiserez vos chances de voir troupeaux de bisons, pronghorns et même des loups.

Mais il pourra aussi vous arriver de tomber sur un attroupement de voitures, que ce soit dans un secteur isolé ou non. Dans ce cas, vous pouvez êtres sûrs qu’un ours, un wapiti voire un loup a été aperçu.

Partir en randonnée

C’est encore le moyen le plus intéressant d’arriver à ses fins. Mais il faudra faire preuve de prudence. Je vous renvoie quelques lignes plus haut sur les conseils de sécurité à respecter. Ils sont valables en toutes circonstances mais particulièrement pour les randonnées. En partant loin des lieux fréquentés, vous vous retrouverez sur le territoire des animaux et multiplierez vos chances de les croiser. Il existe près de 1500 kms de sentiers de randonnée à Yellowstone. Préparez vos sorties avec soin et prenez les informations et cartes nécessaires au visitor center le plus proche.

Randonnée au sommet de Bunsen Peak, Yellowstone National Park
Conseils photos

Pour les photographes désireux de faire de la photo animalière, une longue focale est de rigueur. Bien que certains animaux s’approchent assez près des voitures, d’autres gardent leurs distances. Et le photographe aussi, comme tous les touristes, doit observer une distance de sécurité de 90 mètres avec la plupart des animaux (ours, loups, wapitis, bisons…). Un objectif 300 mm sera alors le minimum pour obtenir un beau portrait. Mais même un 600 mm n’est pas forcément suffisant. C’est pourtant ce que j’ai utilisé pour photographier des loups mais ils étaient trop éloignés pour que cela soit satisfaisant d’un point de vue photographique.

Photographier au 600 mm les loups de Lamar Valley à Yellowstone
Que ce soit pour des paysages ou des animaux, les débuts de matinée et fins d’après-midi vous apporteront une belle lumière, plus douce qu’en pleine journée. En revanche, vous devrez peut-être pousser un peu les ISO pour compenser le manque de luminosité. Un trépied ou un monopode sera bien utile dans certains cas. Pensez aussi qu’avec une grande ouverture, vous obtiendrez plus facilement un beau bokeh (flou) en arrière-plan qui permettra de mettre en avant l’animal. C’est d’autant plus vrai avec une longue focale et un appareil photo plein format, comme sur cette photo de bison ci-dessous.

Un bison avançant lentement dans la neige le long de Madison River, Yellowstone National Park
Enfin, choisissez un spot repéré au préalable et où vous pensez êtres sûrs de voir des animaux. Et patientez ! C’est souvent le meilleur moyen d’obtenir le cliché voulu !