PROTECTION DE MONUMENTS NATIONAUX EN DANGER : SIGNEZ LA PÉTITION !

Le 28 décembre 2016, l’ex-Président Barack Obama proclamait la création de deux nouveaux Monuments Nationaux sur le sol américain : Bears Ears, dans le sud-est de l’Utah, et Gold Butte, situé dans le sud du Nevada à proximité du lac Mead. Aujourd’hui, l’administration Trump est sollicitée pour faire marche arrière concernant Bears Ears mais également pour réduire la superficie de Grand Staircase-Escalante National Monument, l’une des régions les plus belles et sauvages des Etats-Unis. Une pétition pour la protection de ces territoires est en ligne.

House on Fire dans Mule Canyon, appartenant à Bears Ears National Monument, Utah
Le cas de Bears Ears

Bears Ears National Monument s’étend sur plus de 5000 km² dans le comté de San Juan, entre Canyonlands et Mexican Hat du nord au sud et Blanding et Glen Canyon d’est en ouest. Il protège les buttes jumelles Bears Ears entourées de magnifiques paysages de déserts, canyons et montagnes. Mais ce n’est pas tout car cette région, revendiquée par plusieurs tribus amérindiennes (Navajo, Ute, Zuni, Hopi) comme faisant partie de leur territoire ancestral, abrite aussi de nombreux sites archéologiques et sacrés : ruines d’habitats amérindiens, cimetières, pétroglyphes… Un riche patrimoine historique que ces tribus souhaitaient protéger depuis longtemps et faisant régulièrement l’objet d’actes de vandalisme.

Carte délimitant Bears Ears National Monument, dans le sud-est de l'UtahDélimitation de Bears Ears National Monument, dans le comté de San Juan, Utah (carte © Stephanie Smith)

Barack Obama en a ainsi fait un “National Monument” à la fin de son deuxième mandat, utilisant pour cela l’Antiquities Act lui permettant de prendre seul cette décision, contrairement aux “National Parks” dont la désignation doit être faite par le Congrès. Obama est ainsi le Président américain qui a le plus utilisé cet Antiquities Act durant ses deux mandats mais aussi celui qui a le plus œuvré pour la protection de territoires.

Malheureusement, c’était sans compter le mécontentement de nombreux élus républicains d’Utah qui souhaiteraient utiliser ces terres à des fins commerciales ou pour l’extraction de gaz. Jason Chaffetz, un membre du Congrès, parle “d’une véritable gifle en plein visage des habitants de l’Utah”, tandis que le sénateur républicain Mike Lee s’en prend directement à Obama : “Cette loi arrogante promulguée par un président lâche ne tiendra pas” dit-il. Via une résolution, les Républicains de la chambre des représentants de l’Utah en appellent donc aujourd’hui à Donald Trump pour défaire cette désignation. Lee “travaillera sans relâche avec le Congrès et l’administration Trump pour restaurer la volonté du peuple d’Utah”.

Une pétition est d’ores et déjà en ligne pour aider à la protection de ces territoires que l’on ne veut pas voir devenir des lieux de prospections. Plus le nombre de signatures sera important et plus la pression sur Donald Trump sera forte.

Grand Staircase-Escalante National Monument réduit en taille ?

Une deuxième résolution émanant des Républicains et demandant au Congrès  d’agir rapidement concerne Grand Staircase-Escalante National Monument, créé par Bill Clinton en 1996. Cette immense région sauvage de plus de 7600 km² est notamment jugée trop vaste par le Républicain de Kanab Mike Noel, qui souhaite la restreindre à la taille minimale requise pour protéger uniquement les sites archéologiques (à défaut de ne pas pouvoir supprimer totalement ce monument national, ce qu’il souhaitait au préalable). Selon lui, la région n’a pas profité économiquement de la promulgation en National Monument. Petite précision, Mike Noel a travaillé pendant 20 ans au BLM (Bureau of Land Management) où il était principalement chargé d’études permettant l’exploitation minière de charbon sur le plateau de Grand Staircase…

Paysage de la route UT12 dans le nord de Grand Staircase-Escalante National MonumentVue sur l’immensité de Grand Staircase-Escalante National Monument entre Escalante et Boulder, sur la route UT12

Son opposant, le Démocrate Brian King, pense de son côté que “la volonté de la population de l’Utah est bien différente de celle des Républicains. Une majorité des habitants souhaite que Grand Staircase reste comme il est actuellement”.

Espérons désormais que le Congrès et Donald Trump, qui semble résolu à défaire tout ce qu’Obama a construit durant huit ans, fasse preuve cette fois d’un peu de raison. Mais c’est peut-être trop demander…

Crédit photo haut de page © BLM
Sources : The Salt Lake Tribune, theatlantic.com, bearsearscoalition.org

2018-06-14T21:05:13+00:007 février, 2017|Actualités|Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *