ROAD TRIP EN SOLO AUTOMNE 2018 (épisode 1) – jours 1 à 6

Présentation du voyage

A l’origine de ce nouveau voyage aux États-Unis, je souhaitais approfondir le sud des États du Nouveau-Mexique, d’Arizona et de Californie. J’y suis déjà allé par le passé mais j’en ai ramené assez peu d’informations et de photos à mettre sur le site. C’était donc l’idée de départ. Mais je ne voulais pas non plus éviter l’Utah et il y avait également quelques coins où je voulais absolument me rendre (notamment White Domes). J’ai choisi Los Angeles (comme en 2015) pour point de départ et ai construit l’itinéraire à partir de là. Itinéraire qui sera modifié presque tous les jours sur place à cause de la météo qui m’a joué des tours très régulièrement. Pourquoi Los Angeles ? Tout simplement parce que les vols et la location de voiture étaient beaucoup moins chers. Au final, je suis donc parti un mois complet dans l’Ouest, du 12 octobre au 12 novembre.

Mon circuit ayant donc beaucoup évolué, j’ai finalement fait plus d’Utah que prévu mais moins de nord de l’Arizona. J’ai aussi du abandonner certaines randonnées que j’attendais avec impatience à cause de la pluie et des risques de flash floods. Mais ça, vous le découvrirez au fil des épisodes !

Voici l’itinéraire de la première partie de ce voyage, de Los Angeles à Zion National Park.

Itinéraire de la première partie de mon road trip de l'automne 2018
Vendredi 12 octobre, arrivée pluvieuse

Après un vol sans encombre à partir de Roissy Charles-De-Gaulle, l’arrivée à Los Angeles est quelque peu mouvementée. L’orage gronde et il pleut des cordes ! Pas franchement ce qui était prévu par la météo… Comme à chaque fois, le passage de la douane est assez pénible car très long. Je dois ensuite prendre la navette pour me rendre au guichet de Hertz récupérer ma voiture. Ayant prévu de dormir régulièrement dedans, j’ai choisi une 7 places qui me permet de rabattre les deux dernières rangées de sièges et d’obtenir une couchette de taille suffisante. Ce sera une Toyota Highlander AWD. Ça devrait aller pour ce que j’ai prévu de faire, je n’ai pas besoin d’un vrai 4×4 de compétition et la garde au sol me semble correcte. La pluie a redoublé de violence et le temps d’aller à la voiture, de ranger mes affaires et de m’installer, mes bagages et moi-même sommes trempés. Voilà un début de voyage qui augure de sacrés rebondissements !

Direction maintenant Palmdale, à environ 1h15 de route, où j’ai réservé mon premier motel, un Knights Inn (simple et pas cher). J’avais délibérément choisi de sortir de Los Angeles dès mon arrivée pour gagner du temps le lendemain. Il est plus de minuit quand je me couche. La nuit va être courte…

Samedi 13 octobre, paysage lunaire

Réveil à 5h, la tête dans le guidon. Une bonne douche, un petit-déjeuner et me voilà parti. Je dois d’abord faire quelques courses alimentaires et pratiques au Walmart du coin. Puis route vers ma première destination, Trona Pinnacles, pas très loin de Death Valley. Quelques miles avant d’atteindre mon objectif, je fais un court arrêt à Fish Rocks pour voir ces rochers peints ressemblant à des murènes.

Fish Head Rocks, à quelques miles de Trona Pinnacles, Californie
L’arrivée à Trona se fait par une piste assez roulante qui surplombe légèrement la grande plaine, permettant d’avoir une vue globale sur le site. C’est assez spectaculaire, bien que l’arrivée par le sud soit vraisemblablement encore plus belle. La lumière est trop forte pour faire une photo correcte mais je vous en mets une du lendemain matin, lors de mon départ.

Vue d'ensemble de Trona Pinnacles

J’ai en revanche la mauvaise surprise de voir que je suis loin d’être seul. Erreur de ma part, nous sommes samedi et de nombreux Américains s’échappent de la ville pour le week-end. Des voitures, des camping-cars et beaucoup de campeurs. Tant pis, je vais devoir faire avec… Je fais d’abord le tour du premier groupe de pinacles encerclé par une piste assez facile. Quelques arrêts photos puis je m’éloigne vers le sud pour déjeuner dans un coin tranquille. D’où je suis, j’ai une vue sympa sur le groupe nord des pitons rocheux.

Northern Group de Trona Pinnacles vu de Southern Group

C’est d’ailleurs là que j’essaie ensuite d’aller. La piste est un peu plus chaotique et je ne connais pas encore assez ma voiture pour savoir de quoi elle est capable. Je ne préfère pas tenter le diable et après quelques centaines de mètres, je fais demi tour pour me garer dans un endroit isolé et rejoindre cette section à pied. Il y a un grand wash à traverser mais en quelques minutes, c’est fait. Ça ne paraît pas comme ça mais les distances sont assez grandes et je vois déjà que je ne vais pas avoir le temps de tout explorer dans cette zone. Un petit tour et je reviens dans la section principale pour effectuer la petite marche sur le seul sentier réellement tracé au coeur des pinacles.

Tufs de Trona Pinnacles vus du sentier de balade de Middle Group
Il est temps ensuite que je me trouve une place pour la nuit. Je dormirai dans la voiture pour la première fois du voyage mais la plupart des emplacements me semblent pris. Après une bonne vingtaine de minutes, j’avise une place le long de la piste mais légèrement à l’écart. Je me prépare des sandwichs, je regarde les photos déjà prises sur mon pc portable et je repars faire un tour alors que le soleil commence à décliner. Apparaissent alors plusieurs paramoteurs qui zigzaguent au-dessus des aiguilles. C’est très sympa à voir mais pour la tranquillité, je n’ai décidément pas choisi le bon jour ! La nuit tombe et je m’essaie à quelques photos de nuit malgré la lune très brillante.

Un parapente motorisé au-dessus des aiguilles du Northern Group de Trona Pinnacles
Fin de coucher de soleil sur quelques tufs de Trona Pinnacles
Voie lactée au-dessus des aiguilles de Trona Pinnacles
Des voisins se sont installés à côté de moi désormais. Un peu bruyants. Je décide finalement de changer de place et me trouve un autre emplacement, sans voir grand chose. Je me rendrai compte le lendemain matin que je me suis arrêté sur le bord de la piste…

Dimanche 14 octobre, petite randonnée volcanique

Réveil un peu avant le lever de soleil. Je perds pas loin d’une heure à chercher mon téléphone portable, que je retrouve finalement sous ma glacière. J’ai quand même le temps de faire quelques dernières photos de Trona puis je prends la direction d’Amboy Crater.

Lever de soleil sur Trona Pinnacles, Californie
J’ai 3h de route et j’arrive juste pour déjeuner. La randonnée d’Amboy Crater est courte (3 miles A/R) mais sans un poil d’ombre. Et il fait tout de même 30°C quand je commence la marche. Amboy Crater est situé le long de la Route 66 et fait partie de Mojave Trails National Monument. Ce petit volcan me rappelle un peu Cinder Cone dans le parc de Lassen Volcanic. En moins haut car il ne culmine qu’à 288 mètres avec une proéminence de 76 mètres. Autant dire qu’après la marche d’approche sur du plat, la montée n’est pas bien difficile et s’effectue en quelques minutes. D’en haut, la vue sur le désert de Mojave est superbe. Je fais le tour du cratère avant d’y descendre et de m’approcher des deux points d’eau boueux.

Vue sur le cratère Amboy, près de la Route 66, Californie
Vue sur le désert du sommet d'Amboy Crater, Californie
Retour ensuite à la voiture. J’ai prévu d’aller aux Cadiz Dunes et d’y passer la nuit. Mais après quelques miles sur la Route 66, celle-ci est bloquée pour travaux avant Chambless. Premier changement du voyage. A la place, je décide d’aller aux Kelso Dunes situées dans Mojave National Preserve en prenant Kelbaker Road qui longe Granite Peak. Pour dormir, je ne sais pas encore mais j’improviserai.

Paysage le long de la route près de Granite Peak, Mojave Trails
Il n’y a pas de sentier en particulier pour atteindre le sommet des dunes mais il suffit de les avoir en visuel et de marcher 30 minutes à 1h en évitant les creux. Je ne suis pas fan du tout de la marche dans le sable mais le paysage est sympa et la vue en haut vaut quand même la petite dépense d’énergie.

Kelso Dunes dans Mojave Trails National Preserve
Il me semble que la luminosité commence déjà à baisser et je dois prendre une décision pour la nuit. Je vais finalement aller jusqu’à Las Vegas. Ça m’aura fait pas mal de route dans la journée mais tant pis. Au moins, je gagne un peu de temps sur mon programme et je me dis que je pourrai prendre plus mon temps ailleurs. Je réserve une nuit au Luxor, situé dans le sud du Strip. Il n’est pas très cher (si on excepte la taxe de séjour qui, désormais, double presque le prix d’une chambre…) et je n’y ai jamais dormi. Je dépose mes affaires dans la chambre et je vais manger au buffet de l’hôtel. Ce sera l’unique restaurant de mon voyage et je m’en mets donc plein la panse ! La variété est là mais pas autant qu’à celui du Wynn que j’ai testé deux fois. La qualité est également en-deça mais ça reste plus que correct. Avant d’aller me coucher, je fais un tour sur le Strip mais pas plus d’une demi-heure. Il fait très frais ce soir (12°C) et mes paupières sont déjà bien lourdes…

Lundi 15 octobre, journée colorée

Après avoir déambulé tôt le matin dans les allées du Luxor pour ranger mes affaires dans ma voiture, je prends la route pour Red Rock Canyon. Malgré mes nombreux passages à Las Vegas, je ne suis encore jamais allé dans cet endroit qui ne m’a pas trop attiré jusque là. Peut-être la trop grande proximité avec la ville qui en fait un lieu assez touristique et pas assez sauvage à mon goût. Impression très vite confirmée. Pas mal de voitures sur les parkings, trop nombreux touristes aux points de vue et sur les sentiers. Je fais un premier arrêt à Calico où la roche est bien colorée. C’est tout de même très beau. Un petit sentier un peu moins fréquenté permet de s’enfoncer dans un dédale de roches. L’endroit me rappelle Snow Canyon, près de St Georges.

Sentier de Calico Hills, Red Rock Canyon
Dédale de roches à Calico, Red Rock Canyon

Je n’ai pas prévu de passer beaucoup de temps ici donc, après une rapide marche de 30 minutes, je fais demi-tour et reprends la route goudronnée. Celle-ci passe par de jolis points de vue mais je n’arrive pas à être tellement emballé. Il faut sûrement y accorder plus de temps et faire une randonnée plus longue et moins fréquentée. Peut-être une prochaine fois… J’avais prévu d’aller le lendemain à Valley of Fire, mais je décide finalement de m’y rendre dès maintenant. Il y a environ 1h30 de route mais ça me laissera l’après-midi pour profiter de ce parc que j’aime beaucoup. Je perds tout de même un peu de temps à Las Vegas, où de gros travaux de voirie font perdre la tête à mon GPS. Après un rapide pique-nique, direction l’Est du parc pour quelques photos d’Elephant Rock puis marche de 20 minutes pour Pretzel Arch. Celle-ci est un peu cachée dans un chaos de roches mais avec le bon point GPS, ça ne pose pas vraiment de problème.

Elephant Rock, au bord de la route à l'extrême Est de Valley of Fire
La très photogénique Pretzel Arch, Valley of Fire
Je vais ensuite dans la partie nord pour faire la rando Seven Wonders Trail, qui permet de voir plusieurs merveilles sans être dérangé par le monde. Mon GPS de rando à la main, je prends mon temps pour en profiter au maximum. La lumière n’est pas optimale mais tant pis, ça reste tellement beau et coloré ! J’aime particulièrement Thunderstorm Arch et ses couleurs roses et violettes. Après Crazy Hill, une rencontre avec un petit groupes de bighorns rend cette balade quasi-parfaite. Seule ombre au tableau, la fréquentation quand j’arrive à Fire Wave par le bas. Les gens me regardent bizarrement, comme s’ils ne comprenaient pas d’où je venais…

Thunderstorm Arch en milieu d'après-midi, Valley of Fire
Crazy Hill en milieu d'après-midi, Valley of Fire
Festival de couleurs à Crazy Hill, Valley of Fire
Bighorns près de Crazy Hill, Valley of Fire
Fire Wave et son environnement, Valley of Fire
En tout, environ 2h en prenant son temps pour effectuer cette petite boucle à ne pas manquer. Le soleil commence à décliner quand je suis de retour à la voiture. Je m’empresse donc de me rendre à Fire Canyon Arch. Elle est petite mais très photogénique, surtout en fin de journée. Mon dernier arrêt sera à Windstone Arch, située à quelques dizaines de mètres de la route en direction de la sortie ouest. Là encore, c’est une arche minuscule dans une petite grotte mais elle est très jolie. Je suis obligé de pousser les isos pour la prendre en photo car le soleil est quasiment couché.

Fire Canyon Arch s'embrasant au coucher du soleil, Valley of Fire
Fire Canyon Arch au coucher du soleil, Valley of Fire
Windstone Arch près de l'entrée Ouest de Valley of Fire

Une petite heure de route pour rejoindre Las Vegas et mon hôtel, le Main Street Station Hotel & Casino. Bon rapport qualité/prix et le parking est gratuit. Situé près de Fremont Experience, où je vais faire un tour dans la soirée. Pas longtemps car je ne suis décidément pas fan et il y a beaucoup trop de monde à mon goût ! Je préfère passer une bonne nuit avant d’attaquer plusieurs randos dans les prochains jours.

Mardi 16 octobre, annulation et consolation

Aujourd’hui, je prends la direction de Zion Ntional Park pour quelques randonnées prévues sur un peu plus de deux jours. Mais je dois d’abord passer dans un K-Mart de St George récupérer un matelas gonflable pour dormir dans la voiture. En effet, je n’ai pas trouvé la place pour emmener le mien de France. Il devait arriver sur place la veille. Problème, ils ne l’ont pas encore reçu… La première nuit dans la voiture à Trona n’avait pas été tellement confortable et je sens que je vais devoir en passer quelques-unes encore comme ça… J’en profite pour me faire un rapide McDo et me dirige ensuite vers Zion. Direction le visitor center pour prendre mon permis pour la rando du Subway demain. Là, c’est la douche froide. Le ranger m’explique qu’il y a un risque de flash flood pour le lendemain et qu’il m’appartient donc de faire quand même la randonnée si je le désire, en connaissance de cause. Dans ce genre de situation, il ne faut JAMAIS prendre de risque. Je décide donc évidemment d’annuler. Pour une fois que je gagnais un permis à la loterie, je suis un peu frustré ! Voilà qui va encore me faire “gagner” une journée sur l’itinéraire prévu.

Il est déjà presque 15h et plus beaucoup de temps pour randonner, le soleil se couchant vers 18h30. Je vais quand même aller faire celle de Progeny Peak, pour laquelle il faut normalement compter 2h de marche A/R d’après ce que j’ai lu. Il n’y a pas de sentier et le GPS est indispensable pour trouver son chemin. Une fois garé (un peu après le parking de Canyon Overlook), j’attaque donc la montée de 350 mètres de dénivelé environ sur moins d’un mile. Autant dire que c’est sacrément pentu ! Il faut parfois mettre les mains pour assurer ses pas. Je ne sais pas si j’ai pris le bon chemin mais malgré quelques petites pertes de temps, je suis au sommet en moins de 40 minutes. Et quelle vue de là-haut ! Probablement l’un des plus beaux panoramas de tout Zion, même si mes photos ne lui rendent pas tellement justice. Pause de plus de 30 minutes pour photographier, boire un coup et se reposer. Également pour signer le cahier qui se trouve dans une boîte cachée sous des pierres.

Montée vers le sommet de Progeny Peak
Vue du sommet de Progeny Peak, Zion National Park
Une boîte contenant un cahier à signer au sommet de Progeny Peak, Zion National Park

Pour la descente, je m’écarte un peu du chemin de l’aller pour me rapprocher de Two Pines Arch, délicatement posée le long de la paroi. Mais je me retrouve au bord du vide… Je finis par trouver un autre chemin (en gros, tout droit où c’est possible !) et je récupère ma trace GPS qui me permet de rejoindre ma voiture.

Two Pines Arch, sur le chemin de Progeny Peak dans Zion National Park

Au final, moins de deux heures en tout dont seulement une heure de marche. Tant mieux, ça me laisse le temps de faire un tour à Canyon Overlook. La marche est très courte (environ 10 minutes) pour arriver à ce beau point de vue forcément touristique. Malheureusement, l’orientation du soleil à cette heure-là n’est pas à mon avantage.

Vue de Canyon Overlook en fin d'après-midi, Zion
J’y reste une petite dizaine de minutes avant de repartir. Il me reste environ une demi-heure avant que le soleil ne se couche. Demain, je prévois de faire les randonnées de Deertrap Mountain et Cable Mountain. Je prends donc la direction de Zion Crest Campground qui me permettra d’être à quelques minutes de route du départ du sentier. L’emplacement dans le camping est à 12$, avec douches et laverie. Par contre, n’ayant pas mon matelas de camping, je vais encore faire une nuit sur le plancher du coffre de la voiture…

Mercredi 17 octobre, premières couleurs automnales et panoramas grandioses

Réveil très matinal pour commencer la randonnée du jour dès le soleil levé. Aller à Deertrap Mountain puis revenir en passant par Cable Mountain, c’est environ 22 km de marche. Mais ça ne pose pas de difficulté car c’est plat presque tout le long à l’exception du sentier de Cable Mountain très légèrement pentu. Il fait très frais ce matin et le soleil n’est pour l’instant pas de la partie. Il y a même quelques gouttes de pluie quand je me gare près du début de la randonnée. La première partie de la marche vers Deertrap est peu intéressante mais je ne croise personne d’autre sur le chemin, à l’exception de nombreux mule deers qui égayent la randonnée. En revanche, les couleurs de début d’automne rompent la monotonie du paysage. C’est très agréable à voir ! C’est d’ailleurs le gros point fort de cette période de l’année dans une bonne partie de l’Ouest américain et je vais m’en rendre compte à de nombreuses reprises dans les semaines suivantes.

Un groupe de cerfs mulets sur le sentier de Cable Mountain, Zion
Mule deer (cerf mulet) près du sentier de Cable et Deertrap Mountain, Zion
Couleurs automnales sur le sentier de Deertrap Mountain, Zion National Park
La deuxième partie de la marche est plus belle car on commence à voir les dômes de Zion. Une dernière descente et tout à coup, le panorama apparaît. Les falaises à pic de Zion et Mountain of the Sun sur la gauche. Malgré le temps maussade, c’est sublime !

Premier point de vue à Deertrap Mountain avec Mountain of the Sun sur la gauche, Zion

Il me semble que beaucoup s’arrêtent là mais on peut en fait continuer à longer la falaise sur la droite sur plusieurs centaines de mètres. Au bout, la vue est encore plus belle. Et contrairement à Angels Landing, là, il n’y a pas un chat.

Vue du haute de Deertrap Mountain sur la vallée de Zion
Je fais évidemment chauffer l’appareil photo quand tout d’un coup, j’entends une sorte de grognement. Pas tellement rassuré, je regarde tout autour de moi mais rien. Une minute plus tard, j’entends de nouveau un bruit suspect. Je me retourne et je vois, à cinq mètres de moi, un énorme bighorn. Mais par où est-il arrivé ? Il a vraisemblablement grimpé la falaise mais celle-ci est tellement escarpée que je reste sans voix. Lui aussi d’ailleurs ! Pendant plusieurs secondes, on se regarde en se demandant chacun ce que l’autre fait là. Jusqu’à ce que je prenne mon appareil photo en catastrophe pour immortaliser le moment.

J’ai tout juste le temps de prendre deux photos qu’il se met à bouger et continue sa route tranquillement. J’attends quelques minutes qu’il se soit éloigné, bien content de cette rencontre, et je repars en sens inverse. Le ciel se dégage par endroits et laisse apparaître quelques rayons de soleil. Vite, quelques photos de plus avant que les nuages ne viennent recouvrir de nouveau les coins de ciel bleu !

Panorama au bout du sentier de Deertrap Mountain, Zion
Vue du sentier qui longe la falaise le long de Deertrap Mountain, Zion
Demi-tour ensuite sur plusieurs miles pour retourner à l’embranchement avec Cable Mountain. Le sentier vers cet autre point de vue est en pente douce et très monotone. Heureusement, le panorama vaut vraiment le coup. On y voit parfaitement la route principale et la Virgin River sillonner entre les falaises. Et en face, Angels Landing semble tout petit ! Au téléobjectif, je peux même voir plusieurs dizaines de touristes pendant que moi, je suis peinard à quelques centaines de mètres. Il y a aussi cet ancien système de câbles qui donne son nom au point de vue et qui permettait d’acheminer du matériel entre le fond de la vallée et le plateau.

Vue sur Angels Landing, les falaises de Zion et la Virgin River du sommet de Cable Mountain
Touristes à Angels Landing vus au téléobjectif du sommet de Cable Mountain, Zion

Je profite de la vue pour faire ma pause déjeuner. Rapidement car il se met à pleuvoir légèrement et je ne voudrais pas me retrouver sous un orage. Le retour est un peu longuet mais je suis à ma voiture en début d’après-midi, alors que le ciel se dégage de nouveau. Ce soir, je vais dormir à Hurricane. Je réserve une chambre au Rodeway Inn (un des motels les moins chers) et j’y dépose mes affaires. J’ai du temps devant moi et je vais donc pouvoir retourner à St George où semble m’attendre mon matelas gonflable. Je pourrai enfin dormir plus confortablement dans la voiture. Soirée tranquille à Hurricane et au dodo pas tard pour être bien en forme demain. Les White Domes m’attendent !

 

A suivre dans l’épisode 2 de Road Trip en solo Automne 2018 : les dômes immaculés de Canaan Mountain et les sublimes paysages de badlands de Caineville et Hanksville !